Test : Dagoma Neva

 

 

Après le test de la toute première imprimante 3D vendue par Dagoma il y a près de deux dans, la Discovery200, nous récidivons aujourd’hui avec le test de la Dagoma Neva, présentée précédemment sur le site :  Dagoma, sortie de la Neva.

La NEVA est vendue chez Dagoma au prix de 499€, montée et prête à l’emploi. On y trouve également la  Discoeasy200 qui est la nouvelle version de la Discovery200.

Présentation

Cette nouvelle imprimante dans la gamme de Dagoma a pour principales caractéristiques :

-Autocalibration

-Retour d’information instantané : capteur d’absence de filament, alertes concernant l’état de la machine

-Tête d’impression magnétique

-Volume d’impression : Diamètre 180mm * Hauteur 200mm.

-Résolution : jusqu’à 100 microns

-Vitesse d’impression maximale : 100mm/s

-Stop & Go (aussi appelé « Tap Tap »): possibilité de mettre la machine en pause pour changer le filament

-Filaments imprimables : PLA, ou tout autre matériau de nécessitant pas une chauffe du plateau (diamètre de fil : 1,75mm)

 

Cette imprimante est accessible à tous, elle est vendu déjà montée et pré-calibrée. Nous verrons par la suite si c’est vrai !

 

Déballage

Dagoma a souhaité se démarquer des précédentes machines avec un emballage dédié à la machine, qui donne un avant goût de la qualité du matériel proposé :

L’emballage est soigné, tout est bien protégé à l’intérieur.

On retrouve différents éléments dans la boîte :

-Un guide de démarrage rapide

-Une carte SD pour les impressions, un câble USB pour relier la machine à un ordinateur, et l’alimentation

-Une spatule pour décrocher plus facilement les impressions

-Le set de biellettes pour finir l’assemblage de la machine.

 

 

 

-Et un porte-clé Dagoma imprimé sur la machine, preuve d’une calibration réussie chez Dagoma

Avant de mettre en route la machine pour la première fois, il est donc nécessaire de :

  • Mettre en place la tête d’impression à l’aide des 6 biellettes. Ces biellettes sont aimantées et repérées (signes + et -), il n’y a aucuns risques de se tromper.
  • Il faut ensuite enlever les 3 cales situées tout autour de la machine (plus de précisions sur ces cales dans le paragraphe suivant):

Tour de la machine

Même si cette machine n’est pas vendue en kit, il est possible de récupérer quelques informations sur le matériel utilisé :

-Carte de contrôle de type MKS (non visible sur la machine sans la démonter)

-Tête d’impression E3DV6

-Courroies GT2

-Guidages : douilles à bille LM8UU et tiges en acier rectifié 8mm

-Biellettes aimantées en plastique (injection)

-Moteurs : NEMA17

-Capteurs de fin de course : optiques

-Plateau : aluminium, non chauffé

-Structure : pièces imprimées (la rigidité de la partie supérieure n’est pas excellente avec la structure plastique, ceci ne devrait pas poser de problème vu les accélérations et vitesses d’impression)

-Extruder : déporté

-Auto-levelling : réalisé à l’aide de 3 capteurs de force (FSR : Force Sensing Resistor), c’est aujourd’hui très rare sur les imprimantes 3D ! Le plateau est donc « suspendu » au dessus de ces capteurs, c’est sans doute une des raisons pour laquelle on ne trouve pas de plateau chauffant sur cette machine. Les 3 cales enlevées précédemment servent ainsi à surélever le plateau afin de relâcher les capteurs et de les tarer.

Plateau surélevé

 

Cette machine présente donc du matériel de qualité. Attention les bricoleurs seront frustrés puisqu’il n’est pas possible de la démonter, sous peine de rendre la garantie de votre machine inutile. Ceci est particulièrement vrai pour le plateau, si vous essayez de l’enlever vous risquez de casser l’un des capteurs de force.

Premier lancement

 

Avant de réaliser la première impression il est nécessaire de faire une calibration de la machine. La procédure est très simple, et bien expliquée dans le guide de démarrage.

 

 

Logiciel

Pour l’utilisation de la Neva, Dagoma a créé une version customisée de Cura. Le logiciel est disponible sous Windows, Mac OS et Linux.

L’utilisation est très simple, là encore ce logiciel se veut accessible, tout comme la machine. Pour ceux souhaitant avoir plus de liberté avec les paramètres, les réglages pour Slic3r, Sliplify3D, etc ne sont aujourd’hui pas encore disponibles. Il est toutefois possible de les recréer en s’aidant du fichier xml utilisé par Cura.

Une fois les paramètres d’impression sélectionnés, il suffit d’appuyer sur « Préparer l’impression » pour enregistrer le fichier sur la carte SD fournie avec la machine.

Première impression.

Après avoir préparé le fichier via Cura by Dagoma, la carte SD peut être insérée dans la machine.

Les instructions dans le manuel sont très claires même pour les débutants.

Un appui sur le bouton de la façade avant permet de lancer l’impression:

-l’imprimante fait le zéro pour les 3 axes

-elle vient ensuite faire son zéro sur le plateau et la planéité, en palpant en différents points comme expliqué précédemment

-après quelques secondes de préchauffage, l’impression se lance

 

Pour notre premier essai nous avons imprimé l’habituel 3DBenchy, imprimé avec avec le paramètre « rapide » sous Cura (0,2mm) et du filament vendu par Dagoma, le Octofiber Orange.  1h45 plus tard le modèle est sorti, la qualité est au rendez-vous.

 

 

Nous avons ensuite essayé d’imprimer le 3Dbenchy avec le paramètre « fin » (couche de 0,1mm) et du filament Chromatik.

La qualité est toujours impressionnante et on observe une légère amélioration avec cette qualité fine !

 

 

Le changement de couleur.

La Neva possède une fonction intéressante : le changement de couleur au milieu d’une impression.

Il est ainsi possible au travers de Cura d’insérer des pauses, qui permettront d’effectuer le changement de couleur manuellement. A la différence d’autres machines, vous devrez ainsi être surveiller l’imprimante pour faire le changement.

Nous avons donc décidé de réaliser deux pauses pour fabriquer le « Voronoi Toothbrush Holder« .

Après avoir cliqué sur le bouton adéquat sous Cura

Un curseur apparait sur la droite permettant de positionner les découpes de la pièce:

La première pause sera réalisée après l’impression de la base:

Puis la seconde pause sera effectuée juste avant la fabrication de la partie haute:

Enfin l’impression pourra se terminer.

L’opération fonctionne très bien, faites cependant attention : après avoir inséré le fil lors d’un changement de couleur, pensez à pousser un peu dessus pour purger la buse de l’ancienne couleur. Avant de relancer l’impression, nettoyez le filament qui pend sous la buse car la Neva reprendra directement l’impression.

 

Les autres fonctions intelligentes de la Neva

 

La Neva se voulant intelligente et simple d’utilisation, on a apprécié de pouvoir utiliser les différentes fonctions proposées :

  • le seul et unique bouton de la machine permet d’effectuer les différentes actions et d’avertir l’utilisateur

Pendant une impression, un appui sur le bouton permet de mettre en pause la machine

  • Le tap tap : Dagoma profite très intelligemment de la présence des capteurs de force pour implémenter une action liée à un tapotement sur le plateau.

Deux appuis brefs sur le plateau permettent donc de retirer le filament (l’extruder tourne dans le sens inverse) pendant une pause ou à l’arrêt (après que la buse soit montée en température).

  • L’arrêt automatique en cas d’absence de filament : très pratique lorsque vous êtes en fin de bobine, l’imprimante se mettra en pause. Attention, dans le cas d’un blocage du filament (pincement, etc) ou de la bobine, l’imprimante ne s’arrêtera pas.

D’autres impressions.

Voici quelques exemples de pièces imprimées avec la NEVA, comme pour toutes les pièces dans ce test la qualité des impressions est irréprochable !

Le filament utilisé pour les pièces suivantes vient de chez Fillamentum : PLA Crystal Clear Iceland Blue et PLA Extrafill Rapunzel Silver.

Ce qui donne :

 

 

 

Conclusion

 

La NEVA de chez Dagoma est une excellente machine, dédiée aux personnes ne désirant pas monter eux-même leur machine. Pour les makers, passez votre chemin car vous serez à coup sûr frustré, et tournez vous vers une autre machine.

Il s’agit là d’une  imprimante Plug & Play, accessible et simple d’utilisation et destinée au grand public. Le support technique chez Dagoma est très réactif ce qui est toujours un plus avec les imprimantes 3D ! Enfin, inutile de passer des heures pour la calibration celle-ci prend 3 minutes et elle se fait de manière automatique !

On regrettera l’absence d’un plateau chauffant pour éviter le décollement de grandes impressions et pour l’impression de pièces denses, mais là encore la NEVA répondra à la majorité des attentes de ses utilisateurs !

No comments yet.

Laisser un commentaire