Printrbot Simple Maker’s Kit : nouvelle acquisition

L’aventure Reprappro Mendel est terminée pour moi. Suite à des soucis d’encombrement lors d’un déménagement, j’ai dû me séparer de ma machine, n’étant pas sûr d’avoir la place de m’en servir dans le futur logement. L’installation dans mon nouvel appartement étant terminée, et sentant le besoin de monter une nouvelle imprimante, je me suis lancé dans le montage d’un nouveau kit, bien différent de mon ancienne Reprap : une Printrbot.

 

Printrbot_logo

Mon choix s’est porté vers ce type d’imprimante car la marque annonce un temps de montage très court, avec la possibilité d’utiliser un capteur à effet hall afin de faire un ajustement semi-automatique pour compenser les défauts d’horizontalité du lit. Que du bonheur, après avoir passé de nombreuses heures à calibrer la Mendel notamment à cause de soucis de courroies et de lit chauffant non horizontal (avec le réglage assez pénible par les 3 vis sur le lit).

 

J’ai donc acquis une Printrbot Maker’s kit (1405), le modèle d’entrée de gamme de la marque avec châssis en bois. Vous pouvez le trouver chez Bulbzone au prix de 420€ (certainement le kit le moins cher du marché).

 

SimpleMakerKitEdited-180x180

Cette imprimante, de faible encombrement une fois montée, permet d’imprimer avec du PLA 1,75mm (buse 0.4mm) sur un volume d’impression de 100*100*100, sans lit chauffant. La résolution annoncée selon l’axe Z est de 100 microns, à vérifier lorsque le montage sera terminé.

Cette imprimante est évolutive, avec notamment la possibilité d’acheter un kit permettant d’agrandir les dimensions : 180*100*140, avec un support de bobine intégré.

 

XL-Upgrade-1405-w-Spool-Rack-rt-sd.001-510x382

Pour ceux qui souhaiterait avoir une imprimante avec un plus gros volume d’impression et une meilleure rigidité : sa grande sœur est également disponible en Metal, en version assemblée sur Anata3D.

Sur le kit en bois, certaines améliorations ont été apportées depuis l’ancienne révision, notamment la mise en place de l’entrainement par courroies GT2 pour les axes X et Y, ainsi que la mise en place du capteur à effet hall.

J’avais eu l’occasion de voir l’une des précédentes versions lors du 3DPrintShow à Paris en 2013, et avais déjà été séduit par l’imprimante et les résultats qu’elle donne.

Les présentations étant terminées, passons au montage.

Toutes les informations nécessaires sont sur le site de Printrbot. Elles sont (relativement) claires.

Au déballage, tout est bien ordonné dans le carton de la machine. Des sacs individuels contiennent les différentes parties de l’imprimante, ainsi que la visserie. Une feuille récapitulative du contenu du carton permet de vérifier que tout est bien présent, une autre montre en taille réelle les différentes vis que l’on devra utiliser, ce qui est plutôt pratique pour les gens qui n’ont pas l’habitude de manipuler différentes tailles de vis.

Moteurs et électronique emballés

Moteurs et électronique emballés

Le reste, bien emballé

Le reste, bien emballé

 

La feuille récapitulative pour retrouver les éléments

La feuille récapitulative pour retrouver les éléments

 

 

Ni outil spécial ni fer à souder ne sont nécessaires, tout est déjà prêt. Je vous conseille toutefois d’investir dans une pince à serre flex (colliers) pour  les serrer au maximum.

La séparation des différents éléments en bois se fait facilement, un petit coup de lime sur les traces restantes vous permettra d’emboîter plus facilement les différentes parties de la machine.

Un petit aperçu des parties en bois

Un petit aperçu des parties en bois

Le montage n’est pas très laborieux, même si certains écrous sont assez difficiles à mettre en place dans les encoches. On retrouve sur chaque pièces en bois leur désignation, ce qui est pratique pour s’y retrouver au cours du montage et être sûr que l’on tient bien la bonne pièce entre les mains.

Petit détail perturbant quand on vient du monde de la Reprap : pour Printrbot, l’axe X correspond à l’axe sur lequel se déplace le plateau d’impression, tandis que l’axe Y est celui sur lequel se déplace l’extruder…

Voici quelques remarques pouvant aider au montage afin de ne pas faire certaines erreurs :

 

–        Le capteur fin de course qui va sur l’axe Y est celui qui possède le fil le plus long

–        Serrez bien les « zip tie », si possible avec une pince faite pour ça. Les serre flexs permettent de bien maintenir en position les douilles à billes, et de ce fait assurent une partie de la rigidité de l’imprimante.

–        Faites attention en insérant les axes de 8 dans les douilles de ne pas y aller trop rapidement. Les douilles ne sont pas d’excellentes qualités, les billes peuvent sauter si jamais le bout de l’axe vient gratter une bille dans son logement.

 

Au final, je n’ai pas grand chose à redire : le montage est facile, les instructions du site en anglais sont suffisantes pour monter le tout sans problèmes, comptez 6 heures pour parvenir à la fin.

Je suis un peu moins fan des serre flexs pour tenir les douilles, au final on se retrouve avec un ensemble qui manque de rigidité et donc des axes qui ne sont pas parfaitement horizontaux (notamment l’axe Y qui est bien incliné). Heureusement la sonde est là, qui devrait rattraper le coup en palpant 3 points au début de chaque impression afin de compenser dynamiquement pendant l’impression les défauts d’horizontalité.. On verra ce que cela donne à l’utilisation. Printrbot aurait également pu penser à mettre un capot en dessous de l’imprimante : les cables sont un peu longs et débordent sur les côtés. A moins de les couper et d’avoir à refaire les prises, il faudra batailler pour tout faire rentrer en dessous.

En conclusion, si vous cherchez un kit d’imprimante 3D à monter à moindre coût, sans forcément avoir de compétences : foncez, ce kit est pour vous ! (ou tout autre kit de la marque).

Plus de nouvelles de la fin du montage, des premières impressions et de la calibration dans de prochains articles !

Ci-dessous, une petite galerie du montage de la machine 🙂

 

One Response to “Printrbot Simple Maker’s Kit : nouvelle acquisition”

  1. toto 12 août 2014 at 5:28 #

    Coool, bravo pour ce nouveau projet !

Laisser un commentaire