Micro Delta Rework : le test complet

On vous en parlait très récemment, la Micro Delta Rework est aujourd’hui montée et testée sur Velocirepraptor.

Spoiler:  c’est une excellente machine comme le montreront le montage et les première utilisations !

Cette machine, conçue et commercialisée par Emotion Tech, a pour caractéristiques principales :

  • Dimensions : Hauteur 530mm, Largueur 261mm, Profondeur 285mm
  • Volume d’impression : 150mm de diamètre pour 200mm de hauteur.
  • Epaisseur des couches de 100 à 350 microns selon les paramètres d’impression
  • Filament compatible : PLA (ABS, G-fil, M-fil, Flex avec l’option plateau chauffant et tous filaments disponibles au format 1.75mm)
  • Vitesse d’impression nominale : >80mm/s
  • Vitesse de déplacement maximale : 200mm/s
  • Vitesse de déplacement nominale : 150mm/s
  • Précision moyenne (X,Y) 100 microns
  • Précision moyenne (Z) 50 microns
  • Type d’électronique eMotronic et carte micro SD
  • Impression à l’aide d’une tête d’extrusion Hexagon (buses interchangeables)
  • Buse 0.4mm par défaut
  • Système d’exploitation Windows XP, Vista, 7,8,10, Ubuntu 12+, MacOs
  • Logiciel fourni, Repetier préconfiguré pour MicroDelta Rework
  • Connectivité USB
  • Alimentation fournie, 24V, 150W

Parmi les arguments de vente, on trouve également une indication sur le temps nécessaire au montage : le montage est réalisable en 3h.

Cette machine est très prometteuse sur le papier, on va voir ce que cela donne par rapport à la première version sortie il y a quelques années;

 

Déballage.

 

Comme pour les deux machines de chez Emotion Tech précédemment testées (Prusa i3 Rework et Micro Delta), l’emballage est soigné et tout est bien protégé.

Le kit reçu est complet, nous avons les options lit chauffant et écran LCD. On trouve avec le lit chauffant un patch autocollant type Buildtak, ce qui est une bonne surprise ! Fini le rouleau de scotch de peintre, le patch autocollant (vendu seulement 6€ en accessoire si vous souhaitez le changer par la suite!) doit pouvoir durer plusieurs heures avant d’être changé.

img_2265

La notice de montage doit être téléchargé directement sur le site d’Emotion Tech pour commencer l’assemblage de la delta.

 

capture-decran-2016-11-20-a-22-48-45

 

Tout est bien rangé et protégé, il ne manque rien dans le kit reçu.

 

 

Défi réussi.

2h27minutes. C’est le temps qu’il a fallu pour assembler cette Micro Delta Rework, la promesse des 3h est tenue ! Cette durée peut varier en fonction des personnes, ayant déjà monté plusieurs machines, cela peut aider pour la compréhension des notices.

capture-decran-2016-12-08-a-20-27-26

 

Montage des chariots.

Fini les chariots en acrylique découpée, les chariots de la Micro Delta Rework sont à présent en plastique (injection). La qualité est au rendez-vous, on vient directement visser dans le chariot les rotules qui serviront de support aux biellettes par la suite. Les bruyantes douilles à billes sont remplacées par des paliers lisses, au nombre de 4 par chariot. Cette glissière est hyperstatique, les axes de guidage devront être bien alignés pour avoir peu de résistance dans le guidage. On verra dans la suite si c’est bien le cas.

 

Montage de la buse.

Sur cette partie rien à faire de particulier par rapport aux précédentes machines, la buse est déjà montée et le serrage est effectué. Pour rappel sur les précédentes machines d’Emotion Tech il était nécessaire de faire soi même le montage et le serrage, pouvant mener à des fuites dans la buse si celui-ci  n’était pas suffisant.

Châssis.

Le châssis supérieur est bien pensé, le montage des poulies de renvoi et des 3 capteurs de fin de course est fait en quelques minutes.

Pour les personnes ayant pris le plateau chauffant, on vient coller le patch autocollant, bien centré, sur le châssis inférieur qui est lui aussi en tôle pliée. Celui-ci est bien lourd et bien rigide, c’est un point positif pour la machine.

Sous le châssis viennent se positionner les 3 moteurs pas à pas (NEMA17) entrainant les axes, la carte Emotronic et la ventilation de la carte.

Emotion Tech a même pensé à fournir une plaque arrière pour la carte, comme pour les carte mères de PC.

Support de buse.

Le support en plastique injecté est très bien pensé, l’assemblage ne pose aucun problème en suivant la notice.

On apprécie particulièrement la carte fournie pour les branchements de tous les éléments assemblés sur le chariot (buse, thermistance, thermocouples, ventilateurs) qui permet de limiter le nombre de câbles qui remontent.

img_2275

Un câble type ATX vient se brancher sur cette carte, lui seul redescend ensuite vers la carte électronique. Très pratique pour ne pas s’emmêler dans les branchements !

Petit détail : lors du montage de la buse, n’oubliez pas de dévisser le conduit en laiton qui se trouve en entrée, afin de pouvoir visser le pneufit (pièce permettant de coincer le tube PTFE).

capture-decran-2016-12-15-a-22-33-48

Extruder.

Adieu l’extruder en acrylique, Emotion Tech a fait le bon choix de partir sur un extruder en aluminium usiné. La pièce principale est symétrique, certainement pour permettre une utilisation de cette pièce pour une double extrusion (les deux extruders étant en face à face).

Une vis à molette permet de régler la pression du ressort, ceci est à régler en fonction des filaments utilisés pour assurer un bon entraînement. L’extruder est débrayable pour pouvoir facilement changer de filament. Le système est beaucoup plus pratique que sur la Micro Delta !

L’extruder peut ensuite être fixé sur le châssis supérieur et relié au chariot de la buse par l’intermédiaire du tube PTFE.

Fin du montage.

Une fois tous ces éléments montés indépendamment, il est temps d’assembler le tout sur la machine. Les biellettes s’emboîtent sur les rotules des chariots, en force.

img_2354

Les courroies viennent le coincer dans les charriots, on peut régler leur tension à l’aide des trous oblongs qui servent à fixer les moteurs pas à pas.

img_2358

Pour le branchement des câbles, aucune soudure n’est nécessaire et des détrompeurs ainsi que des couleurs facilitent le montage. Une goulotte est également fournie pour faciliter et cacher le passage des câbles. Des trous de vis restent visibles sur le châssis, certainement pour nue future mise à disposition d’un carénage complet pour la machine ! Les trous de fixation d’un deuxième extruder sont également présents.

img_2359

Lors du serrage des tiges lisses servant au guidage, suivez bien la procédure de la notice afin de limiter le frottement des douilles de tous les axes lors de leur déplacement. Si vous ne respectez pas la notice, vous risqueriez de vous retrouver avec des couches décalées, ceci étant dû à un frottement excessif.

Conclusion du montage.

Après près de 2h30 de montage, la machine est prête à être testée.

img_2378

img_2377

 

Premières impressions.

C’est rare pour une imprimante 3D, après la première calibration l’impression de l’objet de test, le traditionnel hibou, s’est très bien passée. J’ai donc fait d’autres essais sans toucher aux pramètres de CuraEngine fournis par Emotion Tech, tout est bien sorti ! Pour en attester les quelques photos ci-dessous montrent la qualité des impressions.

 

Conclusion générale.

Il est difficile de trouver des points négatifs sur cette machine, Emotion Tech a réellement tiré des enseignements de la conception de la première machine afin de proposer cette Micro Delta Rework sérieusement revue et aboutie.

Au tarif proposé par Emotion Tech, la concurrence aura bien du mal à se positionner afin de proposer une machine avec de tels composants, et un système de calibration réussi. La machine reste évolutive, on attend avec impatience le double extruder !

La notice est, je trouve, très bien expliquée même pour des débutants dans le domaine. En suivant pas à pas les explications vous ne devriez pas vous tromper!

 

Enfin, à l’aide du logiciel Repetier (avec plugin pour la Micro Delta Rework), il est possible de profiter de la calibration automatique, ceci s’avère très pratique sur les machines actuelles. Le système de palpage du plateau vient se fixer facilement à proximité de la tête afin de rentrer dans la mémoire interne de la machine la position exacte du plateau. La machine pourra ainsi dynamiquement corriger sa position afin de compenser d’éventuels défauts.

 

One Response to “Micro Delta Rework : le test complet”

  1. pibo 28 décembre 2016 at 9:45 #

    Attention , petite boulette :
    Vous dites : « on vient coller le patch autocollant, bien centré, sur le châssis inférieur qui est lui aussi en tôle pliée »

    Mieux vaut le coller sous la plaque fournie dans le kit du lit chauffant et non sur le chassis … sinon la carte electronique fixée sous le chassis risque de ne pas apprécier !

    Merci pour cet article en tout cas. Je viens d’acquérir cette micro delta rework et je confirme que c’est une machine très simple à prendre en main (même pour un newbie de l’impression 3d comme moi !)

Laisser un commentaire