Impression 3D : une nouvelle encre à base de graphène

Après des années de recherche, des chercheurs de l’Université Northwestern aux Etats-Unis ont en effet réussi à mettre au point une encre élaborée à base de graphène.

Ce matériau a notamment la propriété d’être conducteur, flexible, léger et extrêmement résistant. Ce qui ouvre la porte à de nombreuses perspectives aussi bien biomédicales qu’électroniques.

graphene

© Jannik Meyer

Composée de 60 à 70 % de graphène, l’encre développée par l’équipe scientifique de l’Université Northwestern conserve une bonne part de ses propriétés. Cette encre retient en effet toutes les propriétés mécaniques et électriques de ce matériau dont les qualités sont multiples.

Elle peut garantir une connectivité électrique assez importante et possède une flexibilité impressionnante. Cette encre peut ainsi servir dans la fabrication de filament pour différentes applications tant bien médicales que technologiques.

Cette encre est en outre biodégradable et biocompatible. Ce qui signifie alors qu’elle peut parfaitement être employé dans le domaine médicale, (ingénierie tissulaire osseuse ou encore médecine regénérative).

Bref, avec toutes ses propriétés, cette encre représente une véritable innovation pour la médecine et constitue une évolution importante pour les sciences bionanotechnologiques.

Graphène nid d'abeille

© Pasieka / S.P.L / Cosmos

Grâce aux propriétés particulièrement intéressantes du graphène, l’impression 3D peut désormais servir à de nombreux projets médicaux et technologiques.

Avec cette encre riche en graphène, outre les innombrables perspectives électroniques, il est désormais plus facilement envisageable de réparer certains tissus du corps humais : réparation des os, des nerfs ou encore des muscles qui composent l’organisme.

No comments yet.

Laisser un commentaire