2014 sera l’année de l’impression 3D ! (?)

En février 2014, de nombreux brevets concernants une technique d’impression 3D arriveront à expiration : n’importe qui pourra alors les utiliser. Cette technique n’est pas n’importe laquelle, car elle est aujourd’hui arrivée à maturité : il s’agit du frittage sélectif par  laser (FSL, ou SLS selective laser sintering), moins bien connue par les particuliers que l’impression par dépôt de matière (FDM fused deposition modeling).

La majorité des brevets concernant cette technologie ont été déposés dans les années 1980 par l’Université du Texas, qui lui ont assuré des revenus conséquents.

Le frittage laser est une technologie relativement peu onéreuse : sans les brevets, les imprimantes 3D de ce type pourraient coûter bien moins cher, tout en apportant une excellente qualité d’impression (très bon état de surface, quasiment aucunes finitions et très bonnes propriétés mécaniques)….les partisans de l’Open-Source vont pouvoir s’en donner à coeur joie pour concevoir de nouvelles machines, encore plus performantes.

Le monde de l’impression 3D grand public va certainement être révolutionné après l’expiration de ces brevets. Lorsque les brevets concernant l’impression par dépôt de matière sont arrivés à expiration il y a quelques années, il a fallu peu de temps pour que les prix des imprimantes utilisant cette technologie passent de plusieurs milliers de dollars (pour la moins chère), à quelques centaines d’euro.

Comment fonctionne cette technologie ? Rien de bien compliqué : le bac d’impression est rempli d’une poudre fine (la pièce imprimée sera constituée de cette poudre). Un laser vient solidifier la poudre aux endroits souhaités, couche par couche. Lorsqu’une couche est terminée, la machine vient rajouter une couche supplémentaire de poudre, qui sera à nouveau solidifiée par le laser. L’épaisseur de chaque couche dépose caractérise la précision et la résolution de la machine : plus la couche sera mince, plus le résultat de l’impression sera précis.

Voici une vidéo présentant le procédé (en anglais) :

No comments yet.

Laisser un commentaire